Sacha Guitry

« Elle était juchée sur dix centimètres de talons, les épaules de son manteau étaient rembourrées à la mode, elle venait de faire faire sa permanente et ses racines, ses ongles étaient carminés sang-de-boeuf, ses yeux bleus s’ornaient d’une frange de faux cils, on voyait que son fond de teint était invisible, le rouge qu’elle avait aux lèvre en rectifiait les courbes – et avouez qu’il faut être aussi fou qu’un homme amoureux pour dire à cette femme : – Dis moi la vérité, c’est tout ce que je te demande. »

sacha guitry

 

« Qu’elle laisse tomber ce manteau, descendez-la de ses souliers, qu’elle dépose ses faux cils, débarbouillez-la au savon, puis prenez entre vos mains son visage mis à nu, et vous vous apercevez qu’elle avait maquillé un masque. Le mystère en effet subsiste – et si l’on arrive à se demander si, avec tous leurs artifices, elles n’avouent pas d’avantage »

 

Sacha Guitry – Les femmes et l’amour (1959)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s