La nuit blanche fut une nuit noire

Cette nuit blanche fut une nuit noire.
Brisant la quiétude d’un banal soir.
France saignée,
France frappée,
D’abord retentit la barbarie,
Puis le sang s’évapore dans un silence meurtri.
Ils sont tombés comme devant nos yeux
Et l’on connait tous au moins l’un d’eux
« Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas »
Dernier regard sur les nuages pastels
Au nom d’un dieu qui n’a pas le choix
Un anonyme posa ses mots
Il ne nous reste que nos drapeaux.
« Un unique cauchemar de Beyrouth à Paris, en passant par Sousse ou Gaza.
Celui de la mort qui jubile et d’une Humanité qui agonisa. »

Et la nuit blanche fut une nuit noire.
Eventrée par le désespoir.
Terrible impuissance
Echo de 129 souffrances
Ne rien pouvoir faire
Juste une prière
S’endormir dans son oreiller
Espérer que le cauchemar va terminer.

Et la nuit blanche fut une nuit noire.
Mais ce n’était pas un cauchemar.
Au matin la pluie lavait le sang
Et nous étions toujours impuissants
Les français se comptent et la France se pleure
Gueule de bois nationale et folle douleur
Il pleut sur Paris comme il pleure dans nos cœurs,
Qu’elle est cette horreur, qui nous baigne dans la terreur ?
Je veux crier « SILENCE
Recueillez-vous tous sur notre France. »

Et la nuit blanche fut une nuit noire.
Et sonnent déjà les clairons du devoir.
Dîtes-moi qu’on va les butter
Dîtes-moi qu’on les aura
Dîtes-moi qu’on se laissera plus saigner
Dîtes-moi qu’on se vengera
« France Ô ma France très belle
Pour toi je ferai bataille »
Aux larmes
Aux armes

Et la nuit blanche fut une nuit noire.
Se lever pour ne plus jamais choir.
Gagner cette guerre contre la démence
Gagner cette guerre pour notre France
Qu’ils gagnent leur guerre contre l’Humanisme
Alors nous les tuerons sans sommation
Qu’ils perdent leur guerre du fanatisme
Mais nous nous vengerons

Et la nuit blanche fut une nuit noire.
Le petit jour a remplacé le soir.
Demain, on retournera picoler, blaguer, chanter, rigoler.
Demain, on continuera à s’aimer, à rire, à danser, à sourire.
On retournera dans les cafés.
On continuera à vivre.
Vous n’avez pas encore gagné.
Car cette nuit blanche fut une nuit noire.
Mais le petit jour a remplacé le soir.

Publicités

Je déménage

Oyez oyez, après quelques temps de bonheur passés sur illustrateur, une malédiction a frappé mes bulles, et puisqu’illustrateur.org n’est plus administré et que ça devient de plus en plus n’importe quoi, et que surtout, j’ai de plus en plus de frayeurs (impossible d’accéder à mon admin, plus de programmation d’articles efficiente, et des bugs en veux tu en voilà), mes bulles vont désormais nager sur wordpress !

J’ai transféré une bonne partie de mon tout premier blog et l’intégralité de mon blog illustrateur, ainsi, pour ceux qui découvriront ce blog, ça ne paraîtra pas trop vide !

Bonne ballade dans mes bulles !

Les Othonielles #1

Je débute une série qui s’inspire très largement des oeuvres du grand artiste Othoniel, dont il vaut mieux quelques images qu’une description pour décrire le génie, ça tombe bien, j’ai eu la chance de les voir en vrai au Tripostal de Lille 🙂

1391476_199524666898997_52669764_n.jpg

1382397_199524546899009_1858066748_n.jpg

1380255 199524510232346 1700291762 n

1385108 199524803565650 47261519 n

 

 

Et très inspirée, c’est donc dans des « othonielles » que je me suis lancée.

En voici donc la toute première !

 

othoniel 2